Les caractères chinois & le clavier Wubi

Principe du Wubi

 

https://static.onlc.eu/clavierwubiNDD//126929498689.gif


Les caractères chinois qui se comptent par dizaines de milliers sont tous constitués de composants graphiques dont le nombre est limité à quelques centaines (selon la façon de les comptabiliser, entre quatre et cinq cents au plus):

 

 par exemple, le caractère est ainsi constitué :https://static.onlc.eu/clavierwubiNDD//126929305622.jpg

= + +

Cependant ces derniers peuvent eux-mêmes être décomposés encore plus finement:

par exemple, dans le caractère , le composant graphique peut lui-même être décomposé en et.

Finalement le système Wubi ne retient qu’un peu plus de deux cents de ces composants graphiques élémentaires pour « construire » tous les autres .

Sur le clavier Wubi (cf. page suivante et figure ci-contre) ces derniers sont regroupés logiquement et associés aux lettres de l’alphabet latin; ainsi n’importe quel caractère peut être saisi par une combinaison simple de touches du clavier, que l’on appellera « code » du caractère:

par exemple, le composant étant associé à la touche https://static.onlc.eu/clavierwubiNDD//126928418922.jpgY,le composant à la touche G et le composant à la touche K,

 

le caractère  sera simplement saisi par la combinaison de touches ou « code » YGK.

https://static.onlc.eu/clavierwubiNDD//126928286312.jpg

 


 

https://static.onlc.eu/clavierwubiNDD//126928828382.jpg          https://static.onlc.eu/clavierwubiNDD//126928829794.jpg

 

 Site réalisé par l'auteur de l'ouvrage Copyright 2010 Pascal Penotet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Design : - Crédit photo : Photos Libres - Tous droits réservés